Couleurs et abstraction

« Ce qui compte le plus dans la couleur, ce sont les rapports. » (Matisse)

Cette réalisation cherche à explorer des concepts clés : le chromatisme et son caractère pictural. Des formes sont ici présentes, prioritairement par leur couleur. Des enjeux concernent leurs rapports chromatiques.

La présence du registre de la représentation n’est pas oubliée, des formes reconnaissables se détachent d’un fond en ébullition. Le sol semble être en bois, accidenté. Une hache y repose, à côté d’une tête de mort. Sur de tons rosés, ce qui semble être un fauteuil est en déséquilibre, alors qu’une figure inspirée de Bosch tente de sortir d’un cadre verdâtre. Sur la partie haute, la femme qui échappe du feu du Guernica part en direction opposée alors qu’il y a une fenêtre, ou un miroir, à côté d’elle. Ses verres cassés parsèment l’ensemble de la composition. Au coin gauche, le pantalon d’un homme qui saigne est au vent, à côté d’autres formes organiques, des tâches de poussière, des étoiles noires… L’éloquence de l’œuvre se lève à travers sa couleur dans toute sa complexité.

Problématiques abordées

Questionnement sur la couleur et ses rapports. Notions abordées :

  • Le chromatisme : confrontation des couleurs complémentaires
  • Le caractère pictural : la matière, la profondeur, les ombres dans la représentation
  • Formes organiques vs formes géométriques
  • Abstraction vs figuration

Champ référentiel

  • Les abstractions de Willem de Kooning. Pour sa pâte picturale, ses formes organiques, ses ombres diffuses
  • La femme échappant du feu du Guernica, de Pablo Picasso